• 127-2731-r1.jpg
    1 boule d’hortensia frais rouge et vert
    1 branche de chêne teintée rouge
    1 tige de chou d’ornement teintée jaune avec le cœur orange
    3 freesias orange « variété orangina »
    1 ou 2 tiges de piment d’ornement « blanc » dit piment cerise
    1 branche d’asparagus plumosus
    30 fruits physalis
    du sisal orange
    1 rouleau de floraltap marron
    3 m de fil effet bouillon cuivré
    3 tuteurs en bois de 60 cm
    1 pinholder
     de la pâte à fixe verte
    1 support en verre
    1 pince coupante
    1 un sécateur
    1 paire de ciseaux
    1 couteau.



    Réalisation :
    -    faire chauffer entre ses doigts la pâte à fixe, lorsqu’elle colle aux doigts la mettre au centre du pinholder et placer celle-ci  au milieu du support (ici vase rond) Laisser de préférence au moins 1 heure afin d’assurer une bonne adhésion.
    -    Prendre les physalis et le fil effet bouillon et commencer à exécuter la guirlande (voir photos ). Pour cela, commencer à enrouler de 3 tours le début de la queue du physalis, descendre ensuite avec le fil bouillon à la base de la tige et enrouler plusieurs fois, laisser du fil et continuer ainsi de suite le montage. Pour avoir un joli lampion, souffler à l’extrémité, voir photo.
    -    Laisser de côté la guirlande que l’on aura partager en trois (3X10) et prendre le support et la mousse qui aura trempé dans de l’eau.
    -    Placer celle-ci au centre du pinholder, couper les angles afin de laisser de la place pour l’entourer du sisal. Le sisal ne doit pas dépasser de la mousse, pour cela couper avec les ciseaux le surplus ; voir photo.
    -    Prendre les tuteurs et le rouleau de floraltap et floraltaper. (Une vidéo viendra en complément de ces explications)
    -    Monter en « tipi » les tuteurs en fixer le haut avec du fil bouillon,  dans un premier temps placer le tipi sur la mousse , puis le retirer ensuite en prenant soin de maintenir la mousse, voir photo.
    -    Prendre les 3 guirlandes de physalis et entourer le tipi en commençant par le haut « point de croisement » descendre jusqu’à laisser 5 cm du bas et remonter su la tige , fixer entourant le fil bouillon restant. Laisser de côté.
    -    Prendre le chou, ouvrir délicatement les premières feuilles, couper la tige en biseau et piquer au centre de la mousse.
    -    Prendre la tige de feuilles de chêne, couper chaque feuille en biseau enrouler celle-ci sur 1/3, piquer dans la feuille, voir photo, placer ensuite dans la mousse pour effectuer une collerette reposant sur le bord du vase.
    -    Couper des bouquets d’hortensia (4 ou5, selon la grosseur) piquer autour du chou. Faire « un toupillon »avec le piment et le disposer entre les bouquets d’hortensia.
    -    Reprendre le « tipi » et l’ajuster dans la composition.
    -    Piquer les 3 tiges de freesias le long du tuteur (en ayant soin avant de supprimer deux ou trois boutons floraux, débarrasser la tige des feuilles, couper en biseau ) voir photo.
    -    Pour terminer, prendre l’asparagus  et l’entourer à la base de la composition (en piquant dans la mousse) afin d’apporter de la légèreté et du calme à celle-ci.




    Partager via Gmail

    votre commentaire

  • Cette délicate composition a été imaginée et réalisée par
    Sandrine Loulélis

    Matériel et végétaux utilisés : un grand support plat en
    verre (ref CBV002). On y place du sable ou des gravillons
    dans le fond ainsi que quelques pièces de nacre (ref
    NAC001), des galets verts (ref GAL001), des galets de
    mousse Oasis® petits ou moyens (ref GMC001). Ces galets
    servent à piquer le panicum, les fruits d'hypericum et les
    fleurs d'hortensia. Les galets de mousse peuvent être
    remplacés par des cubes multicolores (ref CUM001) ou
    des boules de mousse de couleur (ref BOC001). Le
    panicum peut être remplacé par d'autres types de graminées,
    du blé, du papyrus, de l'eucalyptus ou de l'asparagus.
    Les fruits d'hypericum peuvent être remplacés par des
    tomates cerises, toutes sortes de petits fruits (mûres,
    framboises...) ou des chataignes. L'hortensia peut être
    remplacé par des roses, du bony ou des pivoines



    Floriscola, ateliers et vente de matériel pour l'art floral - Grenoble et région Isère
    Partager via Gmail

    votre commentaire

  • Matériel et végétaux utilisés :

    - 1 tarte couleur vert anis 20 cm ref TAC001
    (la mousse ne sera pas mouillée)
    - des épingles 1 tête perle couleur parme
    - 1 tube à orchidées 7,5cc ref TOR001
    - du ruban sisal vert ref SIS003
    - des étoiles de mer bleues (qui peuvent être
    remplacées par des pièces de nacre ou des plumes)
    - quelques tiges de fleurs ou morceaux de bois
    - du rotin vert
    - du fil effet bouillon
    - du typha
    - 1 fleuron d'orchidée
    La tarte est entourée de typha, puis de rotin,
    fixé avec des épingle
    Le tube à orchidées est entouré de ruban sisal,
    ce dernier est maintenu avec du fil effet bouillon
    On utilise de la colle florale pour maintenir les
    éléments de décoration (étoiles, bois) sur la mousse.

    Merci à Janou et Sandrine pour les photos.

    Floriscola, vente de matériel pour l'art floral - ateliers d'art floral Grenoble et région Isère
    Partager via Gmail

    votre commentaire

  • Matériel et végétaux utilisés
    pour la réalisation de ce centre de table :


    - 3 fils alu déco oasis® de 2m, dans différents
     coloris (ici, rose pâle, lavande et fuchsia)
    ref : FAD001

    - 6 perles de 14 mm vertes ref PA0114
    - 9 galets petits et moyens ivoie, gris et anthracite,
    à mouiller avant le travail ref : GMC001.
    Faire un avant trou avec un cure dent
    dans le galet avant de piquer les fleurs.
    Ces galets peuvent être remplacés par des
    mini coeurs ivoire ou rouge ref MCC001 ou
    MCC002
    , pour un centre de table de mariage
    - du gypsophile
    - de l'hortensia (qui peut être remplacé par des
    mini roses ou des roses branchues ou
    éventuellement une fleur de bony)

    Le matériel est disponible dans notre catalogue





    Floriscola : vente de matériel pour l'art floral, cours et ateliers d'art floral Grenoble et isère
    Partager via Gmail

    votre commentaire

  • Pour réaliser cette composition, on a utilisé :
    - 1 vase en plastique carédo
    - 1 cube de mousse couleur rouge ref CUC001
    - 1 brique de mousse verte
    - de la prêle
    - 3 boutons de rose
    - 1 branche de bony (chrysanthème)
    - 3 feuilles de philodendron xanadu









    Merci à Janou et Sandrine pour les photos prises lors
    du samedi thématique de la MPT de St Jean de Moirans
    le samedi 16 juin 2007
    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •    
    Composition réalisée à la MPT
    de St Jean de Moirans le 22 mai 2007
    Merci à Noëlle pour le texte, merci à Sandrine pour l'image !

     
    Fleurs, végétaux et matériel utilisés :

    •   2 tiges de boni  - 1 tige de gypsophile  - 2 tiges de lysianthus - 2 tiges de mollucela - 3 roses « Renate »
    •   1 cornet de bois grand modèle - 2 bandes ruban de sisal parme - sisal blanc –fibre - 2 oranges
    •  6 cure-dents - 2 tiges de fil de fer  (1 épaisse – 1 fine )
    •  1 paire de ciseaux, 1 pince coupante, 1 sécateur , 1 couteau, 1 support genre moule à tarte, 1torchon 

    Préparation et réalisation :

    •    Préparation : diviser en quatre les deux tiges de fil de fer, faire des cavaliers avec la tige la plus fine.
    •    placer les deux blocs de mousse dans le moule, en les espaçant un peu. Placer dans l’espace un peu de mousse des bois contre les parois des blocs, mettre également le cône. Bloquer l’ensemble avec le sotiba.
    •    Mettre de la mousse tout autour des deux blocs de mousse.
    •    Placer une orange sur le torchon, la couper en deux. Prendre une des deux moitiés, la traverser avec les tiges de fil de fer épais, former une étoile. Etirer la fibre de sisal, entourer l’orange juste au-dessus des tiges de fil de fer. Placer ensuite dans le cône de bouleau, hauteur du premier quart.
    •    Sur les bandes de sisal parme, froncer une extrémité. Bloquer les fronces avec un cavalier, torsader les tiges du cavalier. Procéder de la même façon à l’autre extrémité, et sur la deuxième bande. Donner un mouvement arrondi aux bandes, les fixer sur chaque les côtés de chaque bloc de mousse.
    •    Faire deux tranches dans l’autre moitié d’orange. Réaliser quatre tranches dans l’autre orange. Planter un cure-dents dans chaque orange. Piquer ensuite chaque tranche sur les côtés de la mousse, soit sous le sisal, soit dessous, mais pas dans le sisal.
    •    Recouper les roses à 2 cm. En positionner deux sur un bloc de mousse, la troisième sur l’autre bloc. Recouper un peu une des deux tiges de mollucela, les placer ensuite sur le bloc ne comportant qu’une rose, contre le cornet de bouleau.
    •    Sur la tige de lysianthus couper les ramifications principales, placer 3 masses sur les côtés des blocs de mousse.
    •    Sur les bonis couper les ramifications, enlever toutes les feuilles. Faire 4 masses de boni, en mettant la plus ouverte sur le dessus, les autres fleurs, sur les côtés,  dans le principe, 1 moyenne, 1 petite.
    •    Couper les ramifications de la gypsophile, réaliser des toupillons que l’on place sur le dessus des blocs, les écarter légèrement avec le doigt. Piquer des ramifications plus longues sur les côtés.
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •   
        
    Merci à Noëlle Perrin pour le texte et à Sandrine Loulélis pour l'image !
     

    Fleurs, végétaux et matériel utilisés :
      
    2 tiges d’alstroemeria - 2 tiges de boni jaune paille (fleurs doubles) - 3 œillets jaune paille - 3 tiges de roses branchues jaunes - 5 tiges de fougère - 4 tiges d’asparagus - 8 coquillages               
    4 tiges de fil de fer - floratape blanc
    1 pince coupante - 1 sécateur  - 1 couteau - 1 support verre - 1 pinolder + Patafix

    Préparation et réalisation :

    •    Florataper les quatre tiges de fil de fer, les diviser en deux.
    •    Mettre le pinolder au centre du support en le fixant avec la patafix. Placer dessus la brique de mousse.
    •    Sur les branches de fougères, couper au-dessus de la deuxième ramification. Placer les pointes sur les côtés du bloc de mousse, en les faisant se reposer sur le support. Recouper les ramifications entre deux et trois centimètres, en positionner deux sur le dessus du bloc de mousse, les autres se placent sur les côtés. Sur la 5ième ramification recouper deux fois deux ramifications, mettre la petite pointe au centre sur le dessus du bloc.
    •    Prendre les branches d’asparagus, compter deux  ramifications, couper, ainsi de suite sur toute la branche. Si les ramifications sont longues, n’en garder qu’une seule. Placer ensuite les plus grandes ramifications entre les fougères, les autres étant placées sur les côtés et sur le dessus, sans cacher la fougère.
    •    Détacher chaque rose de la tige en gardant le plus possible de tige. Réaliser une première couronne sur le dessus du bloc de mousse en plaçant les roses les plus courtes.
    •    Faire la deuxième couronne avec les roses les plus longues, entre la fougère et l’asparagus. Positionner ensuite les 3 œillets entre les deux couronnes de roses.
    •    Couper toutes les ramifications de l’alstroemeria, supprimer les petites feuilles, les répartir entre les œillets, la fleur regardant le soleil de midi.
    •    Placer ensuite les ramifications de boni, les plus éclatées (donc les plus courtes) sur le dessus. Ensuite les moyennes, les longues par masses de 3 à 5 fleurs sur le tour.
    •    Avec les tiges de fil de fer floratapées, maintenir les coquillages. Les placer ensuite sur la composition
    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique